Archives de Tag: webserie

Storytelling divertissant pour Beats by DRE

Beats by Dre, le fabricant de casques audio, poursuit son storytelling lié au rugby, en développant ses 3 piliers : le son, l’émotion et le storytelling. Parallèlement à sa campagne sur les nations #lematchcommenceici, l’entreprise décline une websérie décalée, qui respecte les principes du storytelling divertissant : « la cuisine des cavernes », incarnée par Sébastien Chabal.

Développer un pitch par des métaphores

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Exemples

Avec Oasis, le transmedia #storytelling a du jus !

Au sein de l’univers bien installé de ses personnages et de leur langage fruité, Oasis a d’abord mis en scène des parodies de film existants avant de se lancer dans la création d’une websérie. La diffusion des épisodes s’accompagne d’un dispositif transmedia imaginatif qui joue des codes de la génération Y et Z.

La websérie

Sous le titre de #effetpapayon, 4 épisodes de 2’30 nous font vivre les aventures amoureuses et loufoques de la bande de p’tits fruits. Diffusés à raison d’1 par mois depuis mi-avril sur sa chaîne You Tube et au cinéma, Oasis nous tient en haleine pour comprendre « Commangue ils sont tombés si bas ? »

Le dispositif transmedia

Un site internet dédié propose des contenus additionnels, tandis que le buzz de chaque nouvel épisode est alimenté par des éléments complémentaires :

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Transmedia storytelling

Lyon poursuit son storytelling gourmand

Après avoir lancé en 2013 son ambitieux dispositif transmedia autour de la « Chef factory », la ville développe son storytelling gourmand au travers d’une websérie culinaire.

Le pitch

Dans chaque épisode, un ancien élève de la « Chef Factory » ( Meilleur Ouvrier de France, Chef, Sommelier, Producteur etc.) dévoile un de ses secrets à la directrice de l’école, incarnée par la comédienne Armelle. Le ton humoristique choisi se révèle un challenge d’équilibre entre le sérieux des chefs existants et le rôle plus ou moins déjanté de la directrice fictive.

Le dispositif

La websérie se décline en 10 épisodes de durée variable (entre 3 et 7 min) et se déploie sur

  • le site de la Chef Factory
  • You Tube (1er épisode avec 97 576 vues et les suivants nettement moins).  Les épisodes postés simultanément sur cette plateforme ont peut-être créé une certaine saturation au lieu d’obtenir  l’effet feuilleton suscité par exemple par La nuit de YSL.
  • la page Facebook qui a connu une augmentation de ses fans (3795)

Et une touche d’intercuturel avec la vidéo en japonais du chef Takao Takano, qui vient de recevoir sa 1ère étoile Michelin à Lyon et  rappelle que la ville, en dehors d’être gourmande, est classée au patrimoine culturel de l’Unesco.

 

1 commentaire

Classé dans Transmedia storytelling