Archives de Catégorie: International

Storytelling à l’italienne : Ginori, mécène de Rosso Fiorentino

L’ambassade d’Italie à Paris théâtralise, en avant-première mondiale, le storytelling d’une oeuvre et de sa restauration. L’histoire commence en 1520, à Florence, lorsque Carlo Ginori commande au peintre Rosso Fiorentino, un retable pour une chapelle de la basilique San Lorenzo. Le mariage de la vierge ou retable Ginori est livré en 1523. Dès l’origine, cette oeuvre a suscité une émotion particulière et engendré une tradition qui perdure : les jeunes épouses venant y faire bénir leur anneau nuptial. Cette coutume permit au retable de garder sa place dans la basilique, mais au fil des siècles, l’oeuvre s’est dégradée. Une restauration délicate s’impose en 2011, dont l’exposition présente, de manière scientifique, les multiples étapes, avant de dévoiler l’oeuvre et son éclat chromatique retrouvé.

Pala Ginori

Mariage de la vierge au théâtre sicilien de l’ambassade d’Italie à Paris (3, 25 m x 2,50 m)

Parallèlement, le fils Ginori créa en 1735 la première manufacture de porcelaine à Florence qui suit la même longévité que le tableau. Près de 500 ans après la commande du tableau, parmi d’autres mécènes privés et publics de la restauration du Retable Ginori, figurent les descendants de cette même famille Ginori. Un capital de storytelling qui a séduit Gucci pour l’extension de ses activités de luxe dans les arts de la table.

En pratique : ambassade d’Italie jusqu’au 28 février, du lundi au samedi de 10 à 17h30, entrée libre, 51 rue de Varenne, Paris 7ème.

En complément : Le Musée du Louvre présente Le défi des Piérides de Rosso Fiorentino comme tableau du mois jusqu’au 3 mars. Au château de Fontainebleau, la galerie François 1er présente un exemple complet du travail du peintre.

Poster un commentaire

Classé dans International

La Bérézina : cas de communication interculturelle

Tastetelling

200 ans après, sur le site de la Bérézina, les biélorusses donnent une sépulture décente aux soldats de la Grande Armée. Photo CEN

La « Bérézina » se révèle un bon exemple de la nécessité d’intégrer l’interculturel dans toute conception de communication internationale.

Alors que, pour nombre de Français, la Bérézina est synonyme  de défaite, elle évoque pour les biélorusses et la plupart des nations de la Grande Armée  une éclatante victoire de Napoléon  ! De surcroît, elle s’accompagne de mythes toujours vivants et même de nouveaux rites.

Bref rappel historique

La Bérézina est le site d’un exploit remarquable de Napoléon. Alors qu’Alexandre III compte y bloquer les Français, encerclés par 3 armées et bloqués dans les marais, Napoléon se sort du piège grâce à son génie militaire et à la bravoure de ses soldats, dupant l’ennemi sur le lieu où l’armée franchira réellement ce fleuve.

La ruée vers l’or

La légende veut que Napoléon et ses hommes y auraient enterré les trésors pris à Moscou. Le site de  la Bérézina, non loin de Minsk en Biélorussie, resté à l’identique depuis 1812, attire des archéologues amateurs et pillards aux méthodes de plus en plus sophistiquées. Tant et si bien que les autorités biélorusses ont dû intervenir en procédant à des fouilles pour exhumer les restes des soldats et leur offrir une sépulture flambante neuve dans un cimetière construit pour eux.

L’incroyable fair play des biélorusses

« Pourquoi les Français n’ont-ils pas reconnu l’exploit de Napoléon qui réussit à traverser la Bérézina et échapper au général Koutouzov ? » demande un historien biélorusse à Fernand Beaucour, spécialiste de l’histoire napoléonienne. Celui-ci renouvelle l’approche historique de cette période publiant de nouvelles synthèses historiques et des témoignages d’époque. Les biélorusses vont jusqu’à lui suggérer d’édifier un monument en hommage à la mémoire des soldats passés à la Bérézina. Ce sera chose faite en 1995. Depuis, tous les derniers weekends de novembre, biélorusses, français et « fans » de Napoléon se retrouvent pour commémorer la victoire et se prêter au jeu des reconstitutions de bataille.

Un haut lieu de l’histoire européenne des nations

Depuis 2012, ont débuté des fouilles franco-biélorusses très prometteuses, ( vestiges médiévaux, de l’armée napoléonienne, de l’infrastructure des ponts …) augurant d’une mise en place d’un site touristique. prochaine campagne de fouilles à l’été 2013.

La Bérézina, lieu de tournage publicitaire pour amoureux

Pour les biélorusses, le monument d’hommage aux soldats est devenu un site  romantique où les jeunes mariés apportent des fleurs et aiment se faire photographier  pour des souvenirs impériaux ! Alors qu’il serait pertinent de proposer à un joaillier une campagne publicitaire destinée à des biélorusses voire à d’autres nationalités européennes présentant un couple à la Bérézina, l’impact d’une telle campagne en France serait beaucoup plus risqué. De l’intérêt de bien évaluer les différences interculturelles pour proposer des campagnes adaptées aux pays ciblés.

Pour aller plus loin : une page Facebook.

Napoléon à la Bérézina, mythe et réalité, exposition à voir à l’hôtel de ville de Levallois jusqu’au 28 mai 2013. Ensuite à Minsk.

Poster un commentaire

Classé dans International

La bérézina: le storytelling crée l’Histoire

Si Napoléon avait eu un storyteller, la Bérézina ne serait pas  synonyme de défaite mais de victoire.

repères pour stratégie militaire

Carte actuelle avec tracé de la route choisie par Napoléon

 Les faits « objectifs »

Pour couper la retraite des troupes napoléoniennes,  le tsar fait détruire l’unique pont permettant de franchir la Bérézina. Il pense ainsi faire capituler l’Empereur. Mais Napoléon imagine un leurre en envoyant quelques corps de ses armées, plus loin à Borisov, simulant la préparation du passage du gué. Pendant ce temps, il rappelle les pontonniers qui vont construire à une vitesse incroyable 2 nouveaux ponts. Napoléon sort ainsi du piège russe et repousse les 3 armées du tsar. A la Bérézina, Napoléon obtient une victoire militaire indiscutable.

Une narration défaitiste

Pourtant, en français, le mot devient synonyme de défaite … la manière d’en raconter l’histoire n’y est sans doute pas étrangère.  Voyons comment l’histoire de la victoire a été parasitée voire occultée par d’autres images et d’autres récits.

Lire la suite

3 Commentaires

Classé dans International