Archives mensuelles : mai 2013

Christian Dior : il était une fois le storytelling

Façade maison familiale Dior

Façade répliquée de la villa « les Rhumbs »

Le storytelling Dior, en  subtile cohérence avec l’univers de la marque, fait une entrée remarquable à L’Art du Jardin

La vie, la création, les goûts et les amitiés de Christian Dior sont des ingrédients de choix pour un storytelling qui peut se renouveler à l’envi. Ils servent de support à la construction d’une narration dynamique et contemporaine en cohérence avec l’image publicitaire des différents produits de la marque éponyme. La présence de Christian Dior à la manifestation L’art du Jardin en est un parfait exemple.

Bénéficiant de l’aura du Grand Palais, l’espace Dior scénographie la façade de la maison de Granville, son parterre où des roses dessinent le logo de la marque et une « pergola ». La référence à la magnifique roseraie qu’ abritait le jardin familial fût une des sources d’inspiration de Christian Dior de son vivant. Elles restent toujours aujourd’hui une partie de l’ADN de la marque sous forme de parfums comme J’Adore, de cosmétiques,  de bijoux et de collections.

livre interactif citation Dior

les visiteurs de l’Art du jardin sous le charme du storytelling

C’est dans la « pergola » que la marque Christian Dior pousse le raffinement du storytelling à l’extrême.  Comme dans un conte de fées ou dans un début de film fantastique trône un grand livre interactif présentant dans chacune de ses doubles pages une citation de Christian Dior et une image d’époque ou d’aujourd’hui. Univers enchanté des nouvelles technologies : passez votre bras au dessus du livre et telle une baguette magique les pages se tourneront accompagnées du petit son numérique ad hoc racontant la merveilleuse histoire de Christian Dior !

Un livre digital aux pages géantes et enchantées !

Un livre digital aux pages géantes et enchantées !

Pour en savoir plus

Art du Jardin, Grand Palais, Paris, 31 mai-3 juin 2013

Dior et l’impressionnisme, Musée Christian Dior, Granville, 4 mai-22 septembre 2013

2 Commentaires

Classé dans Luxe

Storytelling champagne revue de presse

 

Tastetelling

L’atmosphère ancienne des caves de champagne propice au développement de légendes …

Un article bien documenté qui permet d’augurer d’une certaine surenchère en storytelling entre maisons de Champagne. Gageons  que gagneront principalement celles dont la story est en cohérence avec la qualité apportée à la vinification !

http://samedi.lenouveleconomiste.fr/dossier-art-de-vivre/le-storytelling-encore-et-toujours-18644/

Poster un commentaire

Classé dans Gourmandises

La Bérézina : cas de communication interculturelle

Tastetelling

200 ans après, sur le site de la Bérézina, les biélorusses donnent une sépulture décente aux soldats de la Grande Armée. Photo CEN

La « Bérézina » se révèle un bon exemple de la nécessité d’intégrer l’interculturel dans toute conception de communication internationale.

Alors que, pour nombre de Français, la Bérézina est synonyme  de défaite, elle évoque pour les biélorusses et la plupart des nations de la Grande Armée  une éclatante victoire de Napoléon  ! De surcroît, elle s’accompagne de mythes toujours vivants et même de nouveaux rites.

Bref rappel historique

La Bérézina est le site d’un exploit remarquable de Napoléon. Alors qu’Alexandre III compte y bloquer les Français, encerclés par 3 armées et bloqués dans les marais, Napoléon se sort du piège grâce à son génie militaire et à la bravoure de ses soldats, dupant l’ennemi sur le lieu où l’armée franchira réellement ce fleuve.

La ruée vers l’or

La légende veut que Napoléon et ses hommes y auraient enterré les trésors pris à Moscou. Le site de  la Bérézina, non loin de Minsk en Biélorussie, resté à l’identique depuis 1812, attire des archéologues amateurs et pillards aux méthodes de plus en plus sophistiquées. Tant et si bien que les autorités biélorusses ont dû intervenir en procédant à des fouilles pour exhumer les restes des soldats et leur offrir une sépulture flambante neuve dans un cimetière construit pour eux.

L’incroyable fair play des biélorusses

« Pourquoi les Français n’ont-ils pas reconnu l’exploit de Napoléon qui réussit à traverser la Bérézina et échapper au général Koutouzov ? » demande un historien biélorusse à Fernand Beaucour, spécialiste de l’histoire napoléonienne. Celui-ci renouvelle l’approche historique de cette période publiant de nouvelles synthèses historiques et des témoignages d’époque. Les biélorusses vont jusqu’à lui suggérer d’édifier un monument en hommage à la mémoire des soldats passés à la Bérézina. Ce sera chose faite en 1995. Depuis, tous les derniers weekends de novembre, biélorusses, français et « fans » de Napoléon se retrouvent pour commémorer la victoire et se prêter au jeu des reconstitutions de bataille.

Un haut lieu de l’histoire européenne des nations

Depuis 2012, ont débuté des fouilles franco-biélorusses très prometteuses, ( vestiges médiévaux, de l’armée napoléonienne, de l’infrastructure des ponts …) augurant d’une mise en place d’un site touristique. prochaine campagne de fouilles à l’été 2013.

La Bérézina, lieu de tournage publicitaire pour amoureux

Pour les biélorusses, le monument d’hommage aux soldats est devenu un site  romantique où les jeunes mariés apportent des fleurs et aiment se faire photographier  pour des souvenirs impériaux ! Alors qu’il serait pertinent de proposer à un joaillier une campagne publicitaire destinée à des biélorusses voire à d’autres nationalités européennes présentant un couple à la Bérézina, l’impact d’une telle campagne en France serait beaucoup plus risqué. De l’intérêt de bien évaluer les différences interculturelles pour proposer des campagnes adaptées aux pays ciblés.

Pour aller plus loin : une page Facebook.

Napoléon à la Bérézina, mythe et réalité, exposition à voir à l’hôtel de ville de Levallois jusqu’au 28 mai 2013. Ensuite à Minsk.

Poster un commentaire

Classé dans International

La bérézina: le storytelling crée l’Histoire

Si Napoléon avait eu un storyteller, la Bérézina ne serait pas  synonyme de défaite mais de victoire.

repères pour stratégie militaire

Carte actuelle avec tracé de la route choisie par Napoléon

 Les faits « objectifs »

Pour couper la retraite des troupes napoléoniennes,  le tsar fait détruire l’unique pont permettant de franchir la Bérézina. Il pense ainsi faire capituler l’Empereur. Mais Napoléon imagine un leurre en envoyant quelques corps de ses armées, plus loin à Borisov, simulant la préparation du passage du gué. Pendant ce temps, il rappelle les pontonniers qui vont construire à une vitesse incroyable 2 nouveaux ponts. Napoléon sort ainsi du piège russe et repousse les 3 armées du tsar. A la Bérézina, Napoléon obtient une victoire militaire indiscutable.

Une narration défaitiste

Pourtant, en français, le mot devient synonyme de défaite … la manière d’en raconter l’histoire n’y est sans doute pas étrangère.  Voyons comment l’histoire de la victoire a été parasitée voire occultée par d’autres images et d’autres récits.

Lire la suite

3 Commentaires

Classé dans International