Archives de Tag: International

Lyon poursuit son storytelling gourmand

Après avoir lancé en 2013 son ambitieux dispositif transmedia autour de la « Chef factory », la ville développe son storytelling gourmand au travers d’une websérie culinaire.

Le pitch

Dans chaque épisode, un ancien élève de la « Chef Factory » ( Meilleur Ouvrier de France, Chef, Sommelier, Producteur etc.) dévoile un de ses secrets à la directrice de l’école, incarnée par la comédienne Armelle. Le ton humoristique choisi se révèle un challenge d’équilibre entre le sérieux des chefs existants et le rôle plus ou moins déjanté de la directrice fictive.

Le dispositif

La websérie se décline en 10 épisodes de durée variable (entre 3 et 7 min) et se déploie sur

  • le site de la Chef Factory
  • You Tube (1er épisode avec 97 576 vues et les suivants nettement moins).  Les épisodes postés simultanément sur cette plateforme ont peut-être créé une certaine saturation au lieu d’obtenir  l’effet feuilleton suscité par exemple par La nuit de YSL.
  • la page Facebook qui a connu une augmentation de ses fans (3795)

Et une touche d’intercuturel avec la vidéo en japonais du chef Takao Takano, qui vient de recevoir sa 1ère étoile Michelin à Lyon et  rappelle que la ville, en dehors d’être gourmande, est classée au patrimoine culturel de l’Unesco.

 

1 commentaire

Classé dans Transmedia storytelling

La Bérézina : cas de communication interculturelle

Tastetelling

200 ans après, sur le site de la Bérézina, les biélorusses donnent une sépulture décente aux soldats de la Grande Armée. Photo CEN

La « Bérézina » se révèle un bon exemple de la nécessité d’intégrer l’interculturel dans toute conception de communication internationale.

Alors que, pour nombre de Français, la Bérézina est synonyme  de défaite, elle évoque pour les biélorusses et la plupart des nations de la Grande Armée  une éclatante victoire de Napoléon  ! De surcroît, elle s’accompagne de mythes toujours vivants et même de nouveaux rites.

Bref rappel historique

La Bérézina est le site d’un exploit remarquable de Napoléon. Alors qu’Alexandre III compte y bloquer les Français, encerclés par 3 armées et bloqués dans les marais, Napoléon se sort du piège grâce à son génie militaire et à la bravoure de ses soldats, dupant l’ennemi sur le lieu où l’armée franchira réellement ce fleuve.

La ruée vers l’or

La légende veut que Napoléon et ses hommes y auraient enterré les trésors pris à Moscou. Le site de  la Bérézina, non loin de Minsk en Biélorussie, resté à l’identique depuis 1812, attire des archéologues amateurs et pillards aux méthodes de plus en plus sophistiquées. Tant et si bien que les autorités biélorusses ont dû intervenir en procédant à des fouilles pour exhumer les restes des soldats et leur offrir une sépulture flambante neuve dans un cimetière construit pour eux.

L’incroyable fair play des biélorusses

« Pourquoi les Français n’ont-ils pas reconnu l’exploit de Napoléon qui réussit à traverser la Bérézina et échapper au général Koutouzov ? » demande un historien biélorusse à Fernand Beaucour, spécialiste de l’histoire napoléonienne. Celui-ci renouvelle l’approche historique de cette période publiant de nouvelles synthèses historiques et des témoignages d’époque. Les biélorusses vont jusqu’à lui suggérer d’édifier un monument en hommage à la mémoire des soldats passés à la Bérézina. Ce sera chose faite en 1995. Depuis, tous les derniers weekends de novembre, biélorusses, français et « fans » de Napoléon se retrouvent pour commémorer la victoire et se prêter au jeu des reconstitutions de bataille.

Un haut lieu de l’histoire européenne des nations

Depuis 2012, ont débuté des fouilles franco-biélorusses très prometteuses, ( vestiges médiévaux, de l’armée napoléonienne, de l’infrastructure des ponts …) augurant d’une mise en place d’un site touristique. prochaine campagne de fouilles à l’été 2013.

La Bérézina, lieu de tournage publicitaire pour amoureux

Pour les biélorusses, le monument d’hommage aux soldats est devenu un site  romantique où les jeunes mariés apportent des fleurs et aiment se faire photographier  pour des souvenirs impériaux ! Alors qu’il serait pertinent de proposer à un joaillier une campagne publicitaire destinée à des biélorusses voire à d’autres nationalités européennes présentant un couple à la Bérézina, l’impact d’une telle campagne en France serait beaucoup plus risqué. De l’intérêt de bien évaluer les différences interculturelles pour proposer des campagnes adaptées aux pays ciblés.

Pour aller plus loin : une page Facebook.

Napoléon à la Bérézina, mythe et réalité, exposition à voir à l’hôtel de ville de Levallois jusqu’au 28 mai 2013. Ensuite à Minsk.

Poster un commentaire

Classé dans International