Storytelling : démêler le vrai du faux

Évoquer un livre ne suffit pas à créer du storytelling. Autant la marque Dior instaure une véritable histoire dans son livre interactif présenté à l’Art du Jardin, autant Zadig et Voltaire, en nommant son parfum Tome 1, nous leurre.

tastetelling

Image du parfum tome 1 dans le magazine Zadig et Volatire

Certes le flacon est présenté dans un élégant coffret en forme de livre blanc aux pages vierges, mais la marque ne rebondit pas sur le potentiel de son nom. Elle balise une communication de territoire de marque classique, portée par ses 2 égéries, personnages de papier glacé sans « histoire » ni interactions. Aussi  dans le coffret promotionnel du parfum n’est joint ni Zadig ni un livre de Voltaire ni un livre d’aventure collant mieux à la peau de son mannequin Chris, « surfeur, artiste, aventurier green » …mais une plaque militaire Zadig et Voltaire !

La marque a choisi de communiquer uniquement en images qu’elle diffuse  en « vitrine » dans son magazine, sur son site web, sur Pinterest, Instagram, Facebook et Twitter, loin de la dimension narrative du storytelling.

Poster un commentaire

Classé dans Luxe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s